Chronique·Littérature

#Chronique #Spéciale #Indé *A.J. Laplace*

13415504_146641335752514_6237288960002773902_o

Moment particulier cette fois, puisqu’il s’agit d’un genre que j’ai lu pour la 1ère fois, justement.
Il y a de cela quelques mois déjà, j’ai eu le plaisir d’interviewer un jeune OVNI parmi les indés.
A.J. Laplace, écrit en effet de la SF, mais pas n’importe laquelle, de la
science-fantasy
.
Légendes fantastiques, merveilles galactiques… mais aussi de la recherche technique.
A la lecture du 1er tome de sa saga « Destinée des mondes », apparemment prévue en plusieurs parties, la 1ère étant « Les chroniques d’Utopia », je suis rentré progressivement dans un univers très riche.

** Vidéo de présentation par l’auteur **

Chroniques_d_Utopia_1

« Le réveil de L’Avatar » est une belle entrée en matière engagée par son auteur. Alzak, héros (in)contesté de l’aventure, est à la fois très doué et affaibli par un handicap, dans ce monde de magie. Mais fin stratège, il fait face à toutes les situations, pourtant invraisemblables, avec ses amis de flotte.
A travers des thèmes variés, dans un rythme bien maîtrisé, on découvre alors là une plume bien fluide, en prenant plaisir à rêver avec son propriétaire.

En somme, donc, je n’en dirai pas plus, au risque de spoiler son ouvrage. Autant vous laisser la surprise en lisant sagement ce roman, qui mérité d’avoir son succès par lui-même.
Je vous invite, à ce titre, à explorer un peu son tout nouveau site:

>> Pour en apprendre davantage <<<

couv_complete_v2

Publicités
Chronique·Inspirations·Littérature·Synopsis·Uncategorized

#Impressions #Lecture « Le goût de la Martinique »

Hello tous !

Dorénavant, la transition est bien faite pour mon site auteur , annoncé en avant  ère sur l’ultime page du blog. Alors je vous partage mes impression, sur ma dernière lecture. Il s’agit, comme vous l’avez peut-être vu sur le dernier article #Spécial News, du recueil « Le goût de la Martinique ».

DSC01134-001

Résumé (4e de couv’)

Île des Antilles au parfum de paradis, la Martinique invite au rêve. L’étonnante forêt tropicale, le sable couleur de nacre, l’indigo du ciel et le chaloupé des démarches féminines : tout cela existe bel et bien.

Cette vision « exotique », souvent celle de l’étranger, n’est pas fausse. Il faut la compléter par le point de vue de l’autochtone, plus sensible aux douleurs secrètes qui, depuis un peu plus de trois siècles, agitent sa terre où se sont déroulés deux des plus grands crimes contre l’humanité de l’époque moderne : le génocide des Amérindiens et l’esclavage des Noirs arrachés à l’Afrique.

La Martinique a attiré des voyageurs illustres (Lafcadio Hearn, Paul Gauguin, Adèle Hugo, André Breton, Claude Lévi-Strauss…) et donné naissance à des écrivains mondialement célèbres : Aimé Césaire, Frantz Fanon, Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau. Balade, sur leurs traces, dans un pays complexe et attachant.

IMG_20170720_180701

** Mon AVIS **

Je ne pourrais trop en dire, puisqu’il s’agit d’extraits, mise à part un point très important… L’introduction en dit déjà bien assez 🙂 Je vous en remets donc le début.

Toutes les îles nous convient au rêve, surtout celles que l’on imagine être le royaume de l’Éternel Été. Îles tropicales, d’Océanie, de l’océan Indien ou des Antilles, baignées d’une mer toujours bleue, ornées de fleurs paradisiaques et plantées d’arbres extraordinaires.

Aucune île n’échappe à l’exotisme. Mieux : l’île est, par excellence, le lieu même où se construit la vision exotique. Celle qui chosifie, qui fige le réel dans un décor de carte postale et qui ignore les dures réalités du quotidien. Les insulaires, eux-mêmes, n’échappent pas totalement, quoiqu’ils s’en défendent, à ce prisme réducteur.

La Martinique, île de l’archipel des Antilles – celui qui, sur 3000 km, s’étend de Cuba au nord à Trinidad au sud, dessinant un arc de cercle presque parfait – bénéficie d’une chance exceptionnelle. Elle n’est ni la plus belle (Guadeloupe, Grenade) ni la plus envoûtante (Haïti) ni la mieux conservée (la Dominique) ni la plus riche (Puerto Rico) ni la plus diversifiée humainement et culturellement (Trinidad) mais elle a du caractère.

C’est sans doute pourquoi elle a attiré tant de voyageurs illustres et suscité tant d’écrits de leur part.

En quelques mots, j’ai eu un grand plaisir à le lire. Ce magnifique recueil « collectif » de textes, parlant en divers points de vues, par Rafaël Confiant, qui y a lui-même contribué dans un de ceux-ci, reflète bien l’univers bien particulier, de cette belle île qu’est la Martinique.

écrits·Chronique·communication·Littérature·présentation(s)

Mon unique chronique pour #Instinct Animal – T1 : #Mutations Eclairs (titre -s de version-s précédente-s)

Quel honneur cela m’a donné lorsque je l’ai lue! Je n’en croyais même pas mes yeux… Maintenant je me dis qu’on peut vraiment, finalement, parler mieux que moi de mon roman. C’est très rassurant, sans ça je n’aurais pas tout à fait réussi à m’en détacher suffisamment pour continuer la série convenablement.

Le Tome 1 restera mon « fils aîné », mais les suivants méritent tout autant d’être chéris 🙂

Alors voilà ce que mon amie bloggeuse Sophie Songe, sur SON BLOG, en a dit de si fort a m’envoyer des flashs à la lumière de mes mots, merci déjà pour ça : elle a sorti de l’ombre mon 1er bébé.

soso

Le lien de la chronique EN ARTICLE

—> Vous pouvez suivre ses impressions de lectures en vous abonnant  <–

Je vous remets 2-3 éléments qui m’ont particulièrement surpris, ce que j’ai tiré de son retour pour la suite de la série, en 1er lieu…

1)La citation qu’elle a retenu 

« Il faut souffrir pour se relever et devenir l’un de ceux qui réussiront un jour, dans ton domaine. Se lancer dans un défi mène à en faire une prédilection.« 

livre-loup

2) Son avis (INTRODUCTION)

Tout commence sur un récit de vie, celui d’Erwan à la nature sensible, révoltée et intuitive. De ses origines, à son parcours jalonné d’obstacles et de rencontres déterminantes, il devient petit à petit ce qu’il est et trouve les ressources en lui pour en faire une force et un combat. Vous embarquera-t-il avec lui ?

3) Le titre qu’elle a choisi pour évoquer l’essentiel :

EN AVANT POUR LA METAMORPHOSE

J’ajoute simplement qu’il s’agit d’une métamorphose du virtuel vers le réel,  dans un univers alliant l’imaginaire aux thèmes d’actualité,  pour en faire un opus littéraire contemporain, à travers le temps, les genres du vivant et les époques.

Il a été classé, imaginaire par élargissement, en dépit de toute volonté d’être rangé dans un tiroir fermé. Je vous préciserai ce que je souhaiterai qu’il en ressorte, comme message, dans le prochain article en vidéo.

>>> Disponible sur AMAZON <<<

cropped-cropped-once-upon-a-time-there-was-humanity.jpg

Chronique·Culture·Inspirations·Littérature

~ CHRONIQUE ~ « Re-Vive l’Empereur! »

Résumé :

Maintenu en parfait état de conservation par les eaux glaciales de la mer du Nord,

repêché par un chalutier Findus, puis décongelé,

Napoléon Bonaparte revient à la vie au moment des attentats djihadistes de Paris,

 juste à temps pour sauver le monde…

 

Par l’éditeur « La Dilletante » :

 

« Une fable loufoque et jubilatoire par un auteur qui s’est imposé,

en quelques années, dans les meilleures ventes,

avec plus de 600 000 exemplaires vendus. »

 

 dsc00809

Maintenant à mon tour d’en parler, je vous ai promis une belle synthèse cette fois… Bon ok quand on parle de beau, c’est une question de goût, et il en faut pour tout le monde, c’est sûr mais bon je m’y suis attelé vraiment sérieusement, à celle-ci. Il le fallait bien quand-même avant de m’attaquer aux « Services Presse » officiels.

Alors voilà, c’est un dernier entraînement sur ce blog pour le moment, car comme je vous l’ai dit dans le précédent article, les demandes d’auteurs et d’éditeurs seront traitées sur le blog en lien avec les projets officiels ou directement sur la page Indé’Lit : Partage entre défenseurs de l’auto-édition.

reading

Je vous donne déjà mon avis global, car ce livre m’a énormément donné de travail comparé aux précédents [ sûrement aussi parce que je l’ai bien pris au sérieux, du début à la fin ]. Mais heureusement, l’humour bien marqué de Romain Puértolas m’a permis de le faire avec autant de plaisir que de réflexion sur ma façon d’aborder comme il se doit ma chronique.

On peut d’ailleurs, pour parler de l’auteur et le situer un peu dans son style bien particulier, le qualifier de messager humaniste bien trempé… Je l’ai découvert avec son 1er roman qui fut déjà un Best-Seller il y a 2 ans de ça, intitulé  « L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea ». Il m’a d’entrée inspiré un style remarquable, j’avais repéré un écrivain qui osait jouer avec les mots pour créer des histoires rocambolesques pointées d’humour en abordant des thèmes d’actualité.

En parlant d’actualité, c’est là selon moi qu’il confirme véritablement sa plume avec « Re-Vive l’Empereur ! ».

Le trait ésotérique de cet ouvrage est tout de même bien osé : faire revivre Napoléon à l’époque des attentats djihadistes, mais quelle idée !? Ben franchement, bravo, il l’a fait avec brio. J’en fais un de mes plus grands « coups de cœur » littéraires, le chef d’œuvre à lire du moment, autant pour lire quelque chose de drôle que pour en ressortir enrichi.

Un joli pied de nez au monde de barbarie dans lequel nous vivons tous !

strong-weakness

Maintenant, pour en revenir aux choix des références qu’il utilise pour mener à bien son intrigue, il n’en manque pas. Autant dans les thèmes qu’il rallie à des personnages emblématiques comme la science avec Einstein, le monde du spectacle avec les danseuses du Moulin Rouge, les grandes armées avec l’URSS et l’Allemagne Nazie…

Je ne vois pas un domaine qu’il aurait oublié d’aborder pour traiter les problèmes de nos sociétés modernes.

Dans tout ça, rallier l’esprit conquérant de Napoléon à l’amour pour une des danseuses, fallait y penser, vous ne trouvez pas ? Et au niveau des personnages, lui inventer une descendance de divers milieux culturels et de différentes « classes sociales », allant de l’arrière-petite-fille prostituée au neveu psychotique, en passant par le délinquant de rue et le sdf… on pourrait croire qu’il a voulu tout passer en revue dans les failles politico-économico-sociales des gouvernants, multi nationales et systèmes bancaires de notre belle planète. 

Apparemment, aucune raison de croire le contraire. Il semble s’y être sérieusement attaché tout le long de son écriture, sans pour autant avoir oublié de nous faire rire.

En fin de compte, c’est par ses procédés de style bien atypiques qui nous donnent le sourire et nous font sortir du sérieux, par un recul avec ironie bien trash et des jeux de mots bien choisis sur les noms des personnages, réinventés mais bien réalistes, que l’auteur fait passer son message de paix sous des airs de conquête par anticipation.

 Le dénouement provoqué par une suite de rebondissements, nous ramène à une morale fabuleusement pacifique, qui clôture le roman sur une dernière touche d’humour au sujet du viagra en signe de soulagement à l’atrophie de Napoléon qui finit d’apaiser l’intrigue.

Pourquoi ? Je vous laisse lire l’histoire pour le découvrir.

human-fake

En quelques mots, je conclurai en disant que c’est toute une histoire pleine de vérités, de vies menées en apothéose par tout un paneL:

« folies pures et créatives, symboles d’esprit et de culture, en signe de réalisme décapant mais plein d’imagination, en quête d’alternatives pour arriver à solutionner nos problèmes de société »