Chronique·Inspirations·Littérature·Synopsis·Uncategorized

#Impressions #Lecture « Le goût de la Martinique »

Hello tous !

Dorénavant, la transition est bien faite pour mon site auteur , annoncé en avant  ère sur l’ultime page du blog. Alors je vous partage mes impression, sur ma dernière lecture. Il s’agit, comme vous l’avez peut-être vu sur le dernier article #Spécial News, du recueil « Le goût de la Martinique ».

DSC01134-001

Résumé (4e de couv’)

Île des Antilles au parfum de paradis, la Martinique invite au rêve. L’étonnante forêt tropicale, le sable couleur de nacre, l’indigo du ciel et le chaloupé des démarches féminines : tout cela existe bel et bien.

Cette vision « exotique », souvent celle de l’étranger, n’est pas fausse. Il faut la compléter par le point de vue de l’autochtone, plus sensible aux douleurs secrètes qui, depuis un peu plus de trois siècles, agitent sa terre où se sont déroulés deux des plus grands crimes contre l’humanité de l’époque moderne : le génocide des Amérindiens et l’esclavage des Noirs arrachés à l’Afrique.

La Martinique a attiré des voyageurs illustres (Lafcadio Hearn, Paul Gauguin, Adèle Hugo, André Breton, Claude Lévi-Strauss…) et donné naissance à des écrivains mondialement célèbres : Aimé Césaire, Frantz Fanon, Edouard Glissant, Patrick Chamoiseau. Balade, sur leurs traces, dans un pays complexe et attachant.

IMG_20170720_180701

** Mon AVIS **

Je ne pourrais trop en dire, puisqu’il s’agit d’extraits, mise à part un point très important… L’introduction en dit déjà bien assez 🙂 Je vous en remets donc le début.

Toutes les îles nous convient au rêve, surtout celles que l’on imagine être le royaume de l’Éternel Été. Îles tropicales, d’Océanie, de l’océan Indien ou des Antilles, baignées d’une mer toujours bleue, ornées de fleurs paradisiaques et plantées d’arbres extraordinaires.

Aucune île n’échappe à l’exotisme. Mieux : l’île est, par excellence, le lieu même où se construit la vision exotique. Celle qui chosifie, qui fige le réel dans un décor de carte postale et qui ignore les dures réalités du quotidien. Les insulaires, eux-mêmes, n’échappent pas totalement, quoiqu’ils s’en défendent, à ce prisme réducteur.

La Martinique, île de l’archipel des Antilles – celui qui, sur 3000 km, s’étend de Cuba au nord à Trinidad au sud, dessinant un arc de cercle presque parfait – bénéficie d’une chance exceptionnelle. Elle n’est ni la plus belle (Guadeloupe, Grenade) ni la plus envoûtante (Haïti) ni la mieux conservée (la Dominique) ni la plus riche (Puerto Rico) ni la plus diversifiée humainement et culturellement (Trinidad) mais elle a du caractère.

C’est sans doute pourquoi elle a attiré tant de voyageurs illustres et suscité tant d’écrits de leur part.

En quelques mots, j’ai eu un grand plaisir à le lire. Ce magnifique recueil « collectif » de textes, parlant en divers points de vues, par Rafaël Confiant, qui y a lui-même contribué dans un de ceux-ci, reflète bien l’univers bien particulier, de cette belle île qu’est la Martinique.